Restez connectés avec nous
Jean-Michel Aulas
©Photo Icon Sport

Actualités

L1 – Un député fait la leçon à Jean-Michel Aulas

Publicités

Le président Jean-Michel Aulas a eu le don d’énerver beaucoup de personnes ces dernières semaines, dont quelques présidents de Ligue 1.

Dernièrement, Jean-Michel Aulas n’a pas hésité s’en prendre à la Ministre des Sports Roxana Maracineanu, ainsi qu’au gouvernement dans une lettre qu’il a envoyé aux élus parlementaires. Il accuse le gouvernement d’avoir pris la décision d’arrêter le championnat trop rapidement. S’il évoque des pertes importantes, on sait que c’est surtout le fait de ne pas jouer l’Europe qui chagrine le président lyonnais.  Toutefois, il estime que la LFP peut encore changer la décision et reprendre comme l’ont fait les allemands avec la mise en place de protocole sanitaire. Pour le député LREM du Morbihan Gwendal Rouillard, Jean-Michel Aulas devrait penser collectif et non pour son cas personnel comme il l’a évoqué dans L’Equipe.

« On doit réfléchir ensemble, dès maintenant, à l’avenir du modèle économique des clubs »

« La lettre de Jean-Michel Aulas ? Je comprends parfaitement qu’on puisse défendre son club et ses intérêts. Mais ce que nous attendons de Jean-Michel Aulas et des autres dirigeants, ce sont des propositions et un comportement qui incarnent l’intérêt général. Or, depuis des semaines, nous avons des prises de position individuelles, des tensions entre les uns et les autres, mais aucune parole collective. Quelles propositions ? Un de ces instruments, c’est l’instauration du ‘salary-cap’, en France et en Europe. Je serais curieux d’entendre Aulas sur cette question. Ça me semble une mesure de bon sens et de pertinence économique. On doit réfléchir ensemble, dès maintenant, à l’avenir du modèle économique des clubs. C’est le moment de mettre tous les sujets sur la table. Pas pour charger les épaules du foot français, car il n’est pas responsable de tous les maux de la société ; il en est même parfois victime. Mais pour que le foot apporte sa pierre à l’édifice de la nation. Alors s’il vous plaît, chers présidents de clubs : travaillez, argumentez, faites des arbitrages entre vous, mais ayez une parole collective »

Une voix collectif aurait certainement encore plus de portée qu’une fois individualiste comme l’affirme le député.

Publicités

A lire aussi :

Publicités




Fil d’actualité

More in Actualités